Comprendre le cancer du sein

Les techniques modernes de diagnostic permettent de dépister les tumeurs du sein à un stade précoce. Au plus tôt un cancer du sein est détecté, meilleurs sont les chances de réussite du traitement. Grace à des méthodes spéciales, nous sommes en mesure d’identifier des caractéristiques tumorales importantes et ainsi mettre en place un traitement ciblé du cancer du sein.

Qu’est-ce que le cancer du sein?

Le cancer du sein est de loin le cancer le plus répandu chez les femmes en Belgique et dans le monde entier. Cependant, les hommes peuvent également être atteints d’un cancer du sein. Néanmoins, avec un taux de cas d’environ 1 %, le cancer du sein est très rare chez les hommes.

11000

Le cancer du sein touche tous les ans en Belgique près de 11 000 femmes.

30%

Presque 1/3 de tous les cas de cancer chez les femmes concernent le cancer du sein.

12.5%

1 femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein avant l’âge de 75 ans.

100

En Belgique, le cancer du sein touche tous les ans environ 100 hommes.

Grâce aux progrès réalisés dans les techniques de dépistage et de traitement, on observe ces dernières année une augmentation continue du taux de survie en cas de cancer du sein.

Structure du sein

Le sein chez la femme (latin : mamma) est composé principalement de graisse, de glandes et de canaux Les glandes, composées de plusieurs lobes (latin lobi) produisent le lait et les canaux galactophores (latin ducti) servent à transporter le lait jusqu’au mamelon. Le tissu mammaire est traversé par des vaisseaux sanguins et par des vaisseaux lymphatiques qui débouchent dans les ganglions lymphatiques sous l’aisselle.

Coupe transversale d’un sein de femme
  1. Muscles
  2. Tissu adipeux
  3. Lobes mammaires se composant de lobules
  4. Glande mammaire
  5. Canal galactophore
  6. Mamelon
  7. Côtes

Différents types de cancer du sein

Une maladie tumorale du sein est désignée par le terme de cancer du sein, ou encore carcinome mammaire. Le cancer du sein se développe à partir des canaux galactophores et/ou dans les lobules.

Dans la plupart des cas, un cancer du sein part des cellules des canaux galactophores.

Un cancer du sein est soit invasif ou non invasif. Un carcinome mammaire invasif est caractérisé par le fait que les cellules cancéreuses se sont déjà infiltrées dans les tissus voisins. Tandis que le cancer du sein non invasif, la tumeur est localement délimitée et ne s’est pas élargie.

Comment se développe un cancer du sein ? 

Tous les jours, la division cellulaire normale dans notre corps entraîne des erreurs qui sont toutefois réparées par le mécanisme de protection de notre organisme. Toutefois, si celui-ci connait des disfonctionnements, ou s’il y a beaucoup d’erreurs commises, les cellules meurent. Dans de rares cas, les cellules ne meurent pas et deviennent cancéreuses. Cette mutation erronée du patrimoine génétique de la cellule est transmise aux cellules filles lors de la division suivante. Les cellules en question deviennent incontrôlables et prolifèrent de façon anarchique. Elles forment alors une excroissance, appelée aussi tumeur.

La division cellulaire : de la cellule saine à la cellule cancéreuse.

 

(1) La division cellulaire d’une cellule saine s’effectue de façon contrôlée. (2) En cas de dommage cellulaire irréparable, la cellule saine se détruit elle-même, c’est la mort cellulaire. (3) Si, malgré le dommage cellulaire, la cellule ne se détruit pas elle-même, on parle de cellule cancéreuse. Elle grandit et se divise, on est alors en présence d’une croissance tumorale.

Facteurs de risque du cancer du sein

Les véritables causes d’un cancer du sein ne sont pas identifiées. Mais il y a certains facteurs censés être liés à l’apparition des cellules responsables du cancer du sein. Certains peuvent être influencés par notre mode de vie, mais nous avons aucune influence sur la plupart de ces facteurs.

Ne vous laissez tourmenter pas par la question de savoir si votre responsabilité est engagée. La cause exacte d’un cancer du sein reste inconnue.

 

Facteurs influençables

  • Tabagisme
  • Alimentation malsaine et surpoids
  • Diabète sucré (type 2)
  • Consommation excessive d’alcool
  • Périodes d’allaitement courtes
  • Facteurs environnementaux (par ex. rayonnements)

Facteurs non influençables

  • Menstruation précoce (premières règles avant l’âge de 13 ans)
  • Ménopause tardive (après 52 ans)
  • Absence d’enfants ou naissance tardive du premier enfant (maternité à 30 ans ou plus tard)
  • Périodes d’allaitement courtes (décision non voulue)
  • Risques généraux liés à l’âge (à partir de 50 ans)
  • Antécédents familiaux : cas de cancer précédent chez une ou plusieurs parentes du premier degré (mère, sœur, fille)
  • Substitution hormonale après la ménopause
  • Diabète sucré (type 1)
  • Prédisposition génétique (par exemple mutation des gènes BRCA)

Dépistage précoce du cancer du sein

Généralement, une détection précoce du cancer du sein a une impact positive sur les chances de guérison. Observer soi-même ses seins est une forme efficace de dépistage précoce. Toutefois, une boule constatée par palpation n’est pas toujours synonyme d’un cancer du sein, des kystes peuvent également expliquer cette présence. Mais chaque petite boule découverte devrait être examiner par un médecin.

Symptômes et autopalpation

Même si un cancer du sein ne cause généralement pas de problèmes au stade précoce, les femmes peuvent constater des modifications dans leur poitrine grâce à une autopalpation. Une attention particulière doit être portée aux anomalies suivantes :

  • Changements de taille ou de forme des seins
  • Différence de taille nouvellement apparue entre les deux seins
  • Creux, plis ou bosses dans le sein
  • Anomalies cutanées comme rougeurs, inflammation ou « peau d’orange »
  • Durcissements ou boules dans le tissu mammaire
  • Boules ou enflures sous l’aisselle
  • Mamelon en retrait ou rougi, ou suintement de liquide
  • Douleurs dans la poitrine

Mammographie pour dépistage précoce

L’auto-examen ne remplace pas un examen médical ou une mammographie de dépistage précoce du cancer du sein.  La Belgique a mis en place un programme de dépistage systématique. Il existe depuis 2001 et est organisé par les entités fédérées.

Dans chaque Région du pays, des Centres de Coordination sont chargés d'envoyer l'invitation au dépistage tous les deux ans. Les femmes qui reçoivent cette invitation peuvent prendre rendez-vous dans une unité de mammographie agréée. L'examen consiste en la prise de 4 clichés radiologiques (2 pour chaque sein). Ces clichés sont ensuite examinés par 2 radiologues différents, éventuellement par un troisième si les 2 premiers ne sont pas d'accord. En cas d'anomalie, ce qui arrive dans 10 % des cas, la femme est convoquée pour des examens complémentaires.  9,5 fois sur 10, ces examens concluront qu'il ne s'agit pas d'un cancer. Mais une fois sur vingt, le diagnostic de cancer sera établi. Le traitement pourra alors être entamé immédiatement, à un stade précoce de la maladie, avec un meilleur pronostic.

Cancer du sein héréditaire

De 5 % à 10 % de tous les cancers du sein sont héréditaires. Dans environ la moitié de ces cas de cancer du sein, on observe une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2 (anglais BReast CAncer). Une mutation de gènes est transmise aux enfants par la mère ou par le père et augmente la probabilité de développer un cancer du sein. Certains faits peuvent être un indice de risque génétique d’un cancer du sein :

  • Cas fréquents dans la famille de cancers du sein ou des ovaires
  • Membres de la famille atteints d’un cancer du sein et du cancer des ovaires
  • Apparition de ces maladies à un âge jeune (avant 50 ans)

En cas de risque génétique, les familles peuvent voir un conseiller génétique spécialisé. Après une consultation détaillée, un test génétique peut être fait à l’aide d’une analyse sanguine qui permettra de constater s’il y a modification de gènes.

Si le test génétique constate une modification, les personnes concernées devraient consulter un médecin spécialiste pour établir soigneusement les mesures à prendre. Il est conseillé aux femmes d’intensifier les examens de dépistage précoce. Il existe également la possibilité d’envisager une prévention médicamenteuse ou une intervention chirurgicale.

Le diagnostic de cancer du sein

Une anomalie constatée dans la poitrine est inquiétante, même si elle est anodine dans la plupart des cas. Les techniques modernes de diagnostic permettent aux médecins de déceler très tôt un cancer du sein. Ces techniques ainsi que les nouvelles méthodes de traitements ont nettement amélioré les chances de guérison d’un cancer du sein. L’examen régulier du tissu tumoral facilite le traitement efficace et ciblé du cancer du sein.

Les procédures de diagnostic en bref

La combinaison des méthodes d’imagerie médicale et de la biopsie apporte une grande sécurité pour la pose d’un diagnostic. Les médecins ont une large variété de méthodes d’examen précises, mais chaque patiente est différente et par conséquent, la méthode utilisée dépendra du cas particulier de la maladie.

Dépistage : l’examen histologique

Outre un diagnostic sûr, une biopsie donne des informations vitales sur les caractéristiques biologiques des cellules tumorales, ce qui permet de déterminer le traitement le mieux adapté. L’examen histologique concerne les paramètres ci-dessous :

Dans certains cas, les cellules tumorales sont soumises à un examen nommé « expression de l’analyse génique » lorsque les caractéristiques tumorales constatées laissent encore place au doute quant au traitement à adopter. Vous trouverez ici quelques exemples d’altérations des gènes BRCA.

Stadification : signification des classifications

La classification des différents stades, ou stadification, décrit l’extension du cancer du sein et aide les médecins à définir un traitement. Elle suit le système dit TNM, ces trois lettres désignant :

  •  T (tumeur) : taille et extension de la tumeur
  • N (nœud) : absence ou présence de métastases dans les ganglions lymphatiques
  • M (métastases) : absence ou présence de métastases à distance

La classification TNM répartit les cancers du sein en quatre stades, de I à IV.

STADIFICATION DU CANCER DU SEIN (CLASSIFICATION)

Cancer du sein localement délimité (cancer du sein précoce)
Stadium I
La tumeur fait moins de deux centimètres et se limite à la glande mammaire.
Stadium IIA
Un à trois ganglions lymphatiques axillaires sont atteints.
Cancer du sein localement avancé (cancer du sein précoce)
Stadium IIb
La tumeur fait entre deux et cinq centimètres. La tumeur a fréquemment déjà envahi les ganglions lymphatiques.
Stadium III
La tumeur a envahi les ganglions lymphatiques. Les examens ne révèlent pas la présence de métastases à distance dans d’autres organes.
Cancer du sein métastatique (cancer du sein avancé)
Stadium IV
La tumeur a envahi d’autres systèmes organiques.