Comprendre la sclérose en plaques

Que cache la maladie "sclérose en plaques" ? Quel rôle le système immunitaire joue-t-il ? Quels sont les symptômes de la SEP et comment est-elle diagnostiquée ? Nous avons regroupé ici l’information sur le contexte et l'évolution de la maladie.

Le système immunitaire et la sclérose en plaques

Lorsque les cellules immunitaires en font trop

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique du système nerveux central (SNC) et fait partie des maladies dites auto-immunes. Lorsque ces maladies surviennent, le système immunitaire s’en prend aux structures propres de l’organisme.

Des inflammations agressent les gaines de myéline

Dans le cas de la SEP, le système immunitaire attaque la gaine (myéline) qui entoure les fibres nerveuses (neurones) qui se trouvent dans le cerveau et dans la moelle épinière. La myéline recouvre les fibres nerveuses, les isole et assure la communication efficace entre le SNC et les muscles ; elle est donc aussi garante de la bonne coordination des mouvements. La détérioration de la gaine de myéline, par un processus inflammatoire durable, entrave la communication entre le SNC et les muscles et de sorte, les informations n’arrivent plus à destination ou arrivent de façon partielle.

Ces processus inflammatoires peuvent se produire à différents endroits du cerveau et de la moelle épinière, de ce fait, la SEP se manifeste par des symptômes caractéristiques variés et évolue très différemment d’un patient à l’autre. Il y a trois formes différentes de SEP :

  • La SEP-R, SEP récurrente/rémittente : forme la plus courante de SEP, elle concerne 80 % des patients. La maladie évolue par périodes de poussées et de rémission (périodes sans symptômes) totale ou partielle.
  • La SEP-SP, SEP secondaire progressive : second stade de la SEP-R que l’on observe chez presque 50 % des patients. Le handicap progresse en s’accompagnant encore de poussées chez certains ou indépendamment de poussées chez d’autres.
  • La SEP-PP, SEP primaire progressive : forme la plus rare de SEP, elle touche 10 % à 15 % des patients et se caractérise par une aggravation continue du handicap. Les lésions ou les pertes de fonctions en résultant sont irréversibles et permanentes.
gaines de myéline

La sclérose en plaques récurrente

Une évolution avec des hauts et des bas

La SEP récurrente (SEP-R), en anglais Relapsing MS (RMS), se manifeste par ce que l’on appelle des poussées, qui ont eu lieu à intervalles irréguliers. Une poussée peut durer 24 heures, tout comme elle peut durer une semaine, et peut s’accompagner des symptômes caractéristiques de la maladie. Nous ne sommes en présence de « nouvelle poussée » que lorsque la poussée précédente remonte à au moins 30 jours. Les patients peuvent souvent rester sans symptômes pendant des mois voir pendant des années. La SEP-R est la forme la plus rencontrée de sclérose en plaques et touche environ 80 % des patients.

Autre caractéristique de la SEP-R : le plus souvent, les symptômes disparaissent complètement après une poussée. Les médecins parlent alors de rémission complète. Par contre, si les symptômes ne régressent pas entièrement, nous sommes en présence d’une rémission partielle. Les conséquences : des séquelles et des déficits fonctionnels définitifs, ce phénomène étant fréquent dans les stades plus avancés de la maladie.

Évolution de la SEP-R
Évolution de la SEP-R

La sclérose en plaques secondaire progressive

Un deuxième stade

Une autre forme de la sclérose en plaques est la SEP secondaire progressive, en anglais Secondary Progressive MS ou SPMS. Cette forme est souvent qualifiée également de second stade de la maladie car elle se manifeste pratiquement chez la moitié des patients après une SEP récurrente (SEP-R) et apparaît rarement dès le stade précoce. La SEP-SP est caractérisée par une évolution (progressive) continue du handicap. C’est-à-dire que les symptômes et les troubles augmentent en continu indépendamment des poussées et les patients sont de plus en plus impactés dans leur quotidien. Si les poussées sont également possibles dans la SEP-SP elles deviennent de plus en plus rares au fur et à mesure que la maladie progresse.

Évolution de la SEP-SP
Évolution de la SEP-SP

La sclérose en plaques primaire progressive

Une progression continue

La forme la plus rare de la sclérose en plaques est la SEP primaire progressive (SEP-PP), en anglais Primary Progressive MS ou PPMS. Elle touche entre 10 % et 15 % des patients et principalement les personnes chez lesquelles la maladie s’est manifestée après 40 ans. La SEP-PP ne connaît pas les poussées caractéristiques. Ici, la maladie évolue en continu. L‘évolution peut être est lente et les symptômes assez diffus et insidieux. Les lésions ou les pertes des fonctions liées sont irréversibles et le patient est de plus en plus handicapé dans sa vie de tous les jours. Un signe caractéristique de la SEP-PP est l’existence de multiples lésions dans la moelle épinière. Beaucoup de patients peuvent alors assez tôt avec des problèmes pour marcher.

Evolution de la SEP-PP
Evolution de la SEP-PP

Les symptômes de la sclérose en plaques

Reconnaître les premiers signes

Les trois formes de la sclérose en plaques ont des manifestations et des évolutions différentes mais les symptômes et les troubles sont très similaires. Ainsi, la perception des sensations dans les bras et dans les jambes peut être perturbée. Si nous avons à faire à l’inflammation du nerf optique, la vue peut être troublée comme par un brouillard épais ou entraîner une vision double ou floue. Des troubles moteurs sont d’autres symptômes possibles de la SEP. Enormément de patients souffrent également de forte fatigue ou de troubles de la concentration. Symptômes caractéristiques de la sclérose en plaques :

  • Troubles de la vision
  • Déficits de concentration
  • Troubles de la parole
  • Forte fatigue
  • Incontinence
  • Faiblesse musculaire
  • Troubles de la sensibilité
  • Mobilité réduite
Symptômes de la sclérose en plaques
Symptômes de la sclérose en plaques

Quelques chiffres sur la SEP

2.3

La SEP touche environ 2,3 millions de personnes dans le monde.

30

Il s’écoule au moins 30 jours entre deux poussées.

80%

Environ 80 % des personnes concernées présentent une SEP-R.