En Belgique, environ 9100 nouveaux cas de cancer du poumon sont détectés chaque année. Cela en fait le 3ème cancer le plus fréquent. À l’heure actuelle, le cancer du poumon continue à toucher davantage d’hommes que de femmes, même si les chiffres sont en hausse chez les femmes. Le plupart des cancers de poumon sont diagnostiqués à un stade avancé, auquel les chances de survie sont considérablement réduites.

Le tabac est le premier facteur de risque de cancer du poumon : 8 à 9 cancers du poumon sur 10 sont causés par le tabagisme. Les fumeurs courent ainsi 20 fois plus de risque d'en être atteints par rapport aux non-fumeurs.

Dans ± 10 % des cas, le facteur de risque principal est une exposition intense ou répétée (le plus souvent) à des substances comme l'arsenic, le nickel, le chrome, les goudrons, l'amiante, etc.

  • Le radon (gaz radioactif émis par certaines roches)

  • la pollution atmosphérique par particules fines (gaz d'échappement des moteurs diesel)

  • Une alimentation pauvre en fruits et légumes chez les fumeurs semble également augmenter légèrement le risque de cancers du poumon, sans qu’une explication concrète n’ait pu être établie.

Notons que l'accumulation de facteurs de risque (tabac + amiante ou tabac + radon, par exemple) augmente la probabilité de développer un cancer du poumon. Dans un très petit nombre de cas, aucune cause extérieure ne peut expliquer le développement de la maladie. 

Dans la plupart des cas, les symptômes du cancer du poumon sont perçus trop tard, ou sont mal interprétés. En effet, aux stades précoces, il ne provoque que rarement des troubles. Pourtant, il y a des signes physiques qui peuvent nous alerter et dont l’origine doit être éclaircie par un médecin :

  • Toux, notamment toux de fumeur persistante qui change subitement

  • Essoufflement et respiration sifflante

  • Douleurs thoraciques 

  • Enrouement et difficultés de déglutition 

  • Expectoration de sang ou de crachats sanguinolents 

  • Douleurs diffuses dans la poitrine ou le buste 

  • Sensation permanente de fatigue ou de faiblesse 

  • Perte de poids importante

La Belgique ne dispose pas d'un programme national de dépistage du cancer du poumon. Il est donc important que les personnes à haut risque connaissent les symptômes afin d'augmenter leurs chances d'être diagnostiquées à un stade précoce. Si vous ou un membre de votre famille présentez des symptômes ou sont exposés aux facteurs de risque mentionnés ci-dessus, n'hésitez pas à consulter votre médecin généraliste afin de connaître les mesures que vous pouvez prendre pour surveiller ou réduire votre risque.

Le poumon n’a pas de récepteurs sensoriels à la douleur (fibres nociceptives) et les personnes atteintes ne ressentent rien au début. C’est pourquoi une grande partie de carcinomes bronchiques sont découverts par hasard, par exemple lors d’examens de routine ou avant une opération. Le cancer du poumon ne pouvant pas toujours être clairement décelé au stade précoce, un diagnostic sûr nécessite différents examens. Découvrez plus sur le

Il y a différents moyens de traiter un cancer du poumon. Le traitement le mieux adapté dépend de plusieurs éléments. Les points déterminants sont le type du cancer, le stade de la maladie et l’état de santé général du patient. Le cancer du poumon présente plusieurs types de tumeurs qui requièrent des traitements particuliers. Découvrez plus sur le.

E.R.: Pharm E. De Bruyn - M-BE-00002466 created 31/10/2023

Ce site Internet contient des informations sur des produits qui s'adressent à un large public et peut contenir des renseignements ou informations sur différents produits qui ne sont pas accessibles ou valables dans votre pays. Nous déclinons toute responsabilité quant à l'accès à de telles informations qui ne seraient pas conformes à toute exigence légale, réglementation, enregistrement ou usage en vigueur dans votre pays d'origine.