Combler le fossé des soins de santé en Belgique : la perspective du pôle de l’innovation

La Belgique consacre plus de 10 % de son produit intérieur brut (PIB) aux soins de santé [1], la plaçant ainsi au quatrième rang au sein de l'Union européenne. Cependant, elle se classe 19e en termes de mortalité évitable [2]. Bien que ces données nécessitent une interprétation prudente et doivent être considérées dans leur ensemble, elles soulèvent d'importantes questions sur l'efficacité du système de soins de santé en Belgique.

Dans le cadre de notre série de conversations autour de l’innovation en matière de santé, nous avons échangé avec Pascal Verdonck, ingénieur civil et biomédical, professeur de technologie médicale à l'UGent, chargé de cours à la KU Leuven et à la Vlerick Business School, Président du Conseil d'Administration d'AZ Maria Middelares, et une voix influente en Belgique dans le domaine de l'innovation en santé.

Comment, en tant qu'académicien et expert, voit-il l'efficacité et la qualité des soins de santé en Belgique ? Que faisons-nous bien, que faisons-nous moins bien et comment pouvons-nous nous améliorer ?

Efficacité versus Effectivité

Comment se fait-il que la plupart des gens le perçoivent différemment ? Parce que nous évaluons surtout les soins en fonction de nos expériences personnelles, explique le professeur Verdonck. Nous observons la rapidité avec laquelle nous sommes aidés, l'accessibilité des prestataires de soins et le coût que nous devons supporter. Sur chacun de ces points, la Belgique se débrouille plutôt bien. Mais derrière ces aspects très tangibles se cachent bien d'autres choses.

Ainsi, le coût direct des soins pour un patient ne reflète pas correctement le coût réel que nous, en tant que société, payons. Pourtant, de nombreuses personnes fondent leur perception de "l'abordabilité des soins" sur ce coût direct, même s'il en dit peu ou rien sur l'abordabilité du système.

Qualité perçue

La qualité est également difficile à évaluer. À quel point les résultats des soins que nous avons reçus sont-ils bons ? Sont-ils meilleurs ou moins bons que ce que nous pouvons légitimement attendre ? Les réponses à de telles questions ne sont pas évidentes. Ainsi, nous mesurons la qualité en fonction d'autres aspects, tels que le contact avec les prestataires de soins.

Trop de tests diagnostiques prometteurs n'atteignent pas suffisamment rapidement les patients aujourd'hui. La raison ? Les organismes notifiés chargés de traiter les dossiers des tests diagnostiques et d'autres technologies médicales en Europe ne disposent pas d'une capacité suffisante.

Le professeur Verdonck espère donc que(Notified Body Increased Capacity) connaîtra rapidement du succès. Le projet fait partie du programme EU4Health. L'objectif ? Accroître les connaissances au sein des organismes notifiés et rationaliser l'interaction entre les organismes notifiés et l'industrie, afin que les nouvelles technologies médicales précieuses puissent atteindre plus rapidement les patients.

Technologie et données

Le professeur Verdonck plaide donc en faveur d'une plus grande attention à l'efficacité du système et à la qualité clinique qu'il offre. Notre système de santé est une machinerie complexe. Pour la faire fonctionner en douceur (c'est-à-dire efficacement), nous devons aligner parfaitement tous les éléments les uns sur les autres et sur le patient. Et cela ne peut se faire qu'avec la bonne utilisation de la technologie et des données de santé.

Vers davantage d'investissements ?

Nous n'en sommes pas encore là en Belgique aujourd'hui, mais le professeur Verdonck espère que tous les acteurs du secteur, en particulier les décideurs politiques, en feront une priorité. Il fait référence à un rapport de McKinsey sur les Pays-Bas. Le cabinet de conseil a calculé que si le gouvernement néerlandais investit maintenant 9 milliards d'euros dans le déploiement d'outils numériques existants et dans le développement d'innovations numériques dans les soins de santé, cela pourrait rapporter 18 milliards d'euros d'ici 2030. Cela représente un bénéfice net de pas moins de 9 milliards d'euros.

Références

En savoir plus

Interviews sur l’innovation en matière de santé

R.E. : Pharm E. De Bruyne - M-BE-00002659 - created on 13/02/2024

Ce site Internet contient des informations sur des produits qui s'adressent à un large public et peut contenir des renseignements ou informations sur différents produits qui ne sont pas accessibles ou valables dans votre pays. Nous déclinons toute responsabilité quant à l'accès à de telles informations qui ne seraient pas conformes à toute exigence légale, réglementation, enregistrement ou usage en vigueur dans votre pays d'origine.

Roche Pharma à AnderlechtRoche Diagnostics à DiegemLinkedInTwitterFacebookInstagramPour les patientsSécurité des patientsConditions d’utilisationAvis de Confidentialité