Le cancer

Une croissance cellulaire incontrôlée 

Qu’est-ce que le cancer ? 

Le mot « cancer » s’utilise en fait pour une série de maladies qui se conjuguent le plus souvent à une évolution maligne. Ces maladies peuvent énormément différer l’une de l’autre et se manifester à différents endroits du corps, selon la sorte de cancer.

Cancer

Notre corps est constitué de millions d’éléments, appelés cellules. Les différentes sortes de cellules ont été organisées dans notre corps en tissus et organes qui ont tous une fonction spécifique. Les cellules doivent être régulièrement remplacées ou, si la croissance d’un tissu ou d’un organe est nécessaire, les cellules doivent se multiplier. On appelle cela le renouvellement cellulaire et la croissance cellulaire. Dans des circonstances normales, ce système est en équilibre

Si ce processus s’effectue de manière défectueuse et, en cas de cancer de manière incontrôlée, une tumeur apparaît. Le mot « tumeur » signifie littéralement gonflement : il y a un amoncellement de cellules au sein d’un tissu ou d’un organe donné.

Lorsque la tumeur grandit en raison de cette croissance cellulaire excessive, elle va envahir les tissus et organes voisins pour s’y développer et finalement les détruire.

La tumeur peut aussi libérer des cellules malignes dans les vaisseaux sanguins et le système  lymphatique (une sorte de système de transport), ce qui peut provoquer la naissance de nouvelles tumeurs à d’autres endroits dans le corps humain. Cette apparition de nouveaux foyers de la maladie s’appelle « métastase ». A ce moment le cancer est déjà avancé.

Certaines tumeurs grandissent rapidement, d’autres lentement : cela dépend de différents facteurs et explique pourquoi le déroulement du cancer peut différer fortement d’une personne à l’autre. 

Certains cancers ne se présentent pas sous la forme de tumeurs, mais apparaissent directement dans le sang. On les appelle cancers du sang (ex. : la leucémie).

Top

Quelles sont les causes du cancer ? 

On sait maintenant que plusieurs facteurs entrent en jeu dans la naissance du cancer. Celui-ci survient probablement suite à une combinaison de ces facteurs.

Les facteurs suivants jouent un rôle important : 

  • L’environnement : Cette notion doit être prise au sens large et comporte entre autres le mode de vie (l’alimentation, l’exercice physique, le tabagisme, l’exposition solaire, la consommation d’alcool) mais aussi des facteurs externes tels que l’exposition à des substances radioactives ou à des produits toxiques (ex. les pesticides)
  • Le risque héréditaire : Environ 5 à 10 % des cancers sont dus à un défaut du matériel génétique, présent dès la naissance et donc transmis par les parents. Les personnes concernées par ce défaut ont un risque très élevé de développer un cancer bien déterminé.
  • Les infections : Certaines infections, le plus souvent causées par des virus, favorisent la naissance d’un cancer.
  • Le système immunitaire : Le système immunitaire est une série de mécanismes de défense dont le corps humain dispose pour repousser les maladies et notamment le cancer. Si ce système fonctionne mal (par exemple comme dans le SIDA), le cancer peut apparaître.


Top

Le cancer est-il héréditaire ? 

Assistance

Tous les cas de cancers reposent sur une anarchie de la croissance cellulaire, celle-ci étant réglée en temps normal par le matériel génétique, et reposent donc sur un défaut dans le matériel génétique. Mais tous les cancers ne sont pas héréditaires.

Le cancer héréditaire

Environ 5 à 10 % de tous les cancers reposent sur un défaut du matériel génétique qui est transmis par les parents à l’enfant. Les exemples sont les gènes BRCA 1 et BRCA 2. Ces gènes ont été découverts récemment. On sait aussi que les femmes qui possèdent ces gènes défectueux ont de très grandes chances (environ 85%) de développer un cancer du sein. Elles représentent toutefois une petite minorité de tous les cas de cancer du sein. 

Un autre exemple est celui du cancer du côlon dû à un défaut héréditaire. Ceci constitue 7 à 10 % de tous les cas de cancer du côlon. D’autre part, on remarque aussi que dans certaines familles, le cancer du côlon est plus fréquent que dans d’autres. Mais dans ces cas, on ne connaît pas encore précisément le défaut héréditaire en cause.


Le cancer non héréditaire (sporadique)

La grande majorité de tous les cas de cancer n’est pas héréditaire mais est le résultat de défauts du matériel génétique qui apparaissent spontanément au cours de la vie : ils sont appelés « mutations ». Par mutation on entend un réarrangement du matériel génétique qui induit alors une information erronée. Ces mutations peuvent survenir spontanément ou sous l’influence de facteurs extérieurs nocifs comme le tabagisme, l’exposition à des substances toxiques ou sous l’influence du soleil.

Top

Comment diagnostiquer le cancer ? 

Les techniques de dépistage d’un cancer sont les suivantes :

  • Frottis sanguin au microscope (formule sanguine)
  • Détermination des protéines sanguines et des immunoglobulines (anticorps)
  • Vitesse de sédimentation des hématies (vitesse de sédimentation)
  • Recherche d’infections virales (sérologie virale)
  • Examen au microscope du tissu des ganglions lymphatiques
  • Analyse d’échantillons de moelle osseuse ou analyse d’organes internes (biopsie)
  • Analyse du liquide céphalo-rachidien prélevé dans l’espace discal (ponction lombaire)
  • Exploration visuelle de la cavité abdominale (endoscopie)
  • Analyse cytogénétique des chromosomes (mise en évidence des gènes sur les chromosomes au moyen de la microscopie de fluorescence)
  • Echographie, tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique

Grâce aux techniques immunodiagnostiques modernes, il est possible de dresser une classification des cellules cancéreuses à l’aide de réactions d’anticorps spécifiques. Ces examens permettent d’établir des pronostics thérapeutiques à partir de certains médicaments et contribuent ainsi à renforcer les chances de guérison.

Top

Comment le cancer peut-il être traité ? 

Pour traiter le cancer on peut faire appel à différents traitements ou les combiner entre eux. Le type de traitement qui sera appliqué dépendra de la sorte de cancer, du degré d’avancement du cancer et aussi de l’état du patient.

Nous pouvons distinguer les traitements suivants :

La chirurgie  : La tumeur sera enlevée grâce à une opération. On enlève parfois non seulement la tumeur mais aussi tout l'organe dans lequel elle se trouve, et parfois aussi les tissus environnants (par exemple, les ganglions lymphatiques)   

La radiothérapie : Elle consiste à diriger une dose de rayonnement radioactif sur la tumeur ou la région touchée. Il existe toute une série de techniques selon la situation, la sorte et l’étendue de la tumeur.

La chimiothérapie : On comprend par là, l’administration de médicaments, le plus souvent par voie intraveineuse ("baxters"), mais aussi par voie orale (la bouche). Ces médicaments sont toxiques pour les cellules qui se multiplient de manière accélérée et vont donc freiner ou arrêter la croissance de la tumeur. Une combinaison de différents médicaments est le plus souvent donnée.

Le traitement hormonal  : Certaines tumeurs grandissent sous l'influence des hormones. En bloquant ces hormones avec d'autres hormones, on peut freiner ou arrêter la stimulation de la croissance cellulaire. De tels traitements sont le plus souvent administrés par voie orale.  

L’immunothérapie : On comprend par là, les médicaments qui vont renforcer le système immunitaire ou aider à éliminer les cellules cancéreuses : par exemple les interférons, les interleukines et les anticorps monoclonaux.

angiogenesis

Inhibiteurs de l'angiogenèse: L'angiogenèse est un processus décrivant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. L'angiogenèse est nécessaire lors de la croissance de tissus car sans cela, les éléments nutritifs, déchets et oxygène doivent se propager trop loin entre la cellule et un vaisseau. La diffusion ne peut être utilisée comme mécanisme de transport que jusqu'à une certaine distance, car si le transport dure trop longtemps, la cellule n'est plus viable. C'est ainsi qu'une tumeur naissante ne peut avoir qu'un millimètre cube, tant qu'elle ne secrète pas de facteurs angiogénétiques.  Si elle devait croître, les cellules centrales ne seraient plus approvisionnées en oxygène, énergie ou éléments nutritifs.  De par la production de facteurs angiogénétiques, et donc par la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, elle peut croître.

Les inhibiteurs de l'angiogenèse sont des traitements qui essaient d'arrêter la formation de vaisseaux sanguins autour de la tumeur, entraînant ainsi un manque d'éléments nutritifs qui pourrait entraîner l'arrêt du développement de la tumeur.

Le traitement palliatif : C'est un traitement qui est appliqué pour diminuer les effets secondaires des traitements précités et améliorer le confort du patient cancéreux : par exemple les médicaments contre les vomissements et les médicaments pour stimuler la production des globules rouges.


Top

Comment prévenir le cancer ? 

Un mode de vie sain peut diminuer le risque de cancer :

  • Ne pas fumer (tabagisme actif ou passif)
  • Consommer l'alcool avec modération
  • Eviter l’excès de poids
  • Une alimentation riche en fibres de même que la consommation quotidienne de différentes portions de légumes et de fruits est conseillée
  • Éviter l'exposition excessive et sans protection au soleil 

Une détection précoce mène à plus de chances de guérison :

  • Si vous constatez l’apparition d’une enflure ou de nouvelles taches sur la peau, consultez votre médecin.
  • En cas d'amaigrissement anormal, de fatigue, de fièvre, de problèmes de selles ou de toux persistante, consultez votre médecin.
  • Pour les femmes : chaque mois faites un auto-examen de vos seins ; faites régulièrement un frottis du col de l'utérus.
  • À partir d'un certain âge, il est conseillé de rechercher la présence de sang dans les selles.
  • Pour les hommes à partir d'un certain âge, un examen régulier de la prostate est conseillé. Votre médecin peut vous informer à ce sujet.  

Top

Ce que vous devez savoir 

  • En Belgique, environ 50.000 personnes par an apprennent qu’elles souffrent d’un cancer.
  • En Belgique, 7.000 nouveaux cas de cancer du sein sont dépistés chaque année.
  • Dans le monde, 12% de tous les décès sont dus à un cancer.
  • Dans le monde, un tiers de tous les cancers pourrait être prévenu et un autre tiers pourrait être guéri, s’ils étaient détectés et traités à temps.
  • 90% des cancers du poumon sont dus au tabagisme.
  • Moins de 1% des non-fumeurs  décède du cancer du poumon.
  • La consommation simultanée de tabac et d'alcool augmente fortement le risque de cancer de l'œsophage.
  • L’excès de poids est un facteur de risque pour le cancer du sein chez les femmes et pour le cancer du côlon chez les hommes. 

Top

L’engagement de Roche dans la lutte contre le cancer 

Le but de la recherche dans la lutte contre le cancer est de développer des traitements de plus en plus efficaces contre le cancer par la recherche de médicaments qui vont combattre sélectivement les cellules cancéreuses d'un cancer bien déterminé.

Roche considère comme sa mission de mettre à la disposition des médecins de nouveaux médicaments qui sont non seulement efficaces mais ont aussi moins d’effets secondaires afin de maintenir la qualité de vie du patient aussi optimale que possible, veillant ainsi à ce que le patient puisse poursuivre aussi longtemps que possible ses activités quotidiennes. Notre devise est donc "targeting cancer with care" : c.-à-d. combattre le cancer d’une façon ciblée et spécifique tout en respectant et en maintenant la qualité de vie des patients.

À côté de ces recherches et des produits qui en résultent, Roche est également engagée dans de multiples organisations et projets qui directement ou indirectement contribuent au traitement de cancer. Ainsi Roche soutient par exemple des manifestations sportives au profit de la recherche sur le cancer, apporte un soutien financier aux associations de patients et investit dans tout projet intéressant de recherche sur le cancer externe à la société.

Roche se profile clairement en tant que partenaire dans les soins de santé et souhaite également collaborer avec toutes les parties concernées par le traitement de cancer, afin de pouvoir donner l'espoir et le soutien à tous les patients qui un jour ou l’autre seront confrontés à une affection cancéreuse. 

Top